Musée des peintres de Barbizon

Printemps des poètes Samedi 16 mars 2013 : "Poèmes de la forêt" par Bernadette Lafont

1 document Publié le

  • Télécharger le document de présentation de la manifestation PDF-51.66 Ko

« Poèmes de la forêt » par Bernadette Lafont

Lecture organisée dans le cadre du Printemps des poètes

Samedi 16 mars 2013 à 17h30 - Espace de médiation, 6 rue du 23 août à Barbizon Crédit photographique

Bernadette Lafont nous entraîne au coeur de la forêt toute en poésie. La forêt de Fontainebleau, source d’inspiration des peintres, est aussi une muse pour les écrivains du 19e siècle.

La forêt a toujours inspiré les poètes, sa diversité est immense ; la rêverie qu’elle suscite devient une riche source de création.

Une rencontre avec Théophile Gautier, Théodore de Banville, Jean Giono, Pierre de Ronsard, Guillaume Apollinaire, Raymond Queneau et avec une grande comédienne.

Les textes :

  • Théodore de Banville (1823-1891) – A la forêt de Fontainebleau – Hommage à Claude-François Denecourt, 1855
  • Théophile Gautier (1811-1872) – Sylvain – Hommage à Claude-François Denecourt, 1855
  • Marc-Antoine Girard de Saint-Amant (1594-1661) – La Solitude
  • Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894) – La Forêt vierge
  • Jean de La Fontaine (1621-1695) – Livre premier – Fable 16 – La Mort et le Bûcheron
  • Jean Giono (1895-1970) – Colline – La Bête souple du feu a bondi d’entre les bruyères…
  • Antoñio de Castro Alves (1847-1871) – A Cachoeira – L’incendie de forêt
  • Jean Richepin (1849-1926) – La Chanson des gueux – La Plainte du bois
  • Victor Hugo (1802-1885) – Les Contemplations – Aux Arbres
  • François-René de Chateaubriand (1768-1848) – La Forêt
  • Jules Supervielle (1884-1960) – La Fable du monde – Le Premier arbre
  • Alphonse de Lamartine (1790-1869) – Le chêne
  • Guillaume Apollinaire (1880-1918) – Alcools – Les Sapins
  • Heinrich Heine (1797-1856) – Un Grand pin se tient solitaire…
  • Raymond Queneau (1903-1976) - Battre la campagne – Les Ares verts
  • Pierre de Ronsard (1524-1585) – Elégies, XXIV – Contre les bûcherons de la forêt de Gastine